Blork et size.fac
Séparation haute

Envoi de message privé Fermer ce menu

Destinataire : *

Message : *

Envoyer ce message privé

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Menu : profil et inscription Fermer ce menu

Si vous avez oublié votre mot de passe, merci de nous indiquer les renseignements suivants :

Votre pseudo : *

Adresse email de votre profil : *

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Blork & size.fac > Articles de Mr. Paradox > Les jeux vidéo > Doki Doki Literature Club

Bas de page

Message laissé le 09/03/20 à 13:03

Bon, j'avoue, je ne sais pas trop comment présenter ce jeu. En fait, on m'en a dit tellement de bien et je me suis fait spolier certains événements du jeu à cause d'une vidéo de Rap Battle (certains sauront). Paradoxalement, même la découverte des nombreux twists ne m'a dégouté du jeu, au contraire, je voulais encore plus y jouer.
Le jeu mérite un article, mais c'est tellement un OVNI que je ne sais pas trop comment le décrire.

Image

Commençons par le début : l'achat du jeu. Enfin, ce n'est pas vraiment un "achat" car le jeu est gratuit sur Steam. Cependant, un DLC d'une dizaine de francs suisse (je pense que ça fait dans les 8 euros) vous permet de recevoir l'OST du jeu, les notes du développeur et quelques images. C'est un peu cher pour ce qu'il propose, mais il faut plus voir ça comme l'achat officieux du jeu au cas où vous l'avez aimé.

Dès que vous commencez, vous tombez sur cet écran:
Image
En fait, l'écran est différent quand vous lancez le jeu pour la première fois, mais le message est le même.

Pourtant, à première vue, ce jeu est plutôt innocent.
L'histoire débute quand Sayori, une amie d'enfance, vous demande de vous inscrire à son club de littérature, dans lequel elle est vice-présidente. Vous acceptez un peu à contre-coeur car la lecture et vous, ça fait deux. Arrivé dans la salle du club, vous rencontrez tous les membres du club.

Il y a Sayori, l'amie d'enfance du protagoniste, enjouée, innocente et optimiste:
Image

Il y a Yuri, une élève discrète et timide, appréciant la littérature fantastique:
Image

Il y a Natsuki, une élève légèrement impulsive, mais au grand coeur, appréciant ce qui est mignon et les mangas:
Image

Et Monika, la présidente du club, talentueuse et amicale:
Image

Evidemment, l'objectif de tout jeu de drague consiste à tomber amoureux d'une personnage.
Vraiment?

Image

C'est à partir de là où ça devient difficile d'expliquer sans trop en révéler. Pour faire simple, toute l'histoire est coupée en quatre actes. Pour les deux premiers, compter environ deux heures/deux heures et demie pour chacun . Pour le troisième acte, ça peut prendre cinq minutes comme ça peut vous prendre une heure, selon si vous savez quoi faire ou votre curiosité. Quant au quatrième acte, c'est un épilogue de quelques minutes. Donc, environ six heures de jeu.

Vous vous êtes rendus compte, mais le jeu semble au premier abord cliché. On a l'amie d'enfance enjouée, on a la timide, la tsundere, etc. Même les musiques sont dans un ton plutôt niais. Quant au gameplay, là aussi il semble simpliste. Ce sont principalement des choix multiples. Seule l'écriture du poème est originale : à certains moments dans le jeu, vous devez choisir un mot parmi une dizaine et ce , vingt fois.

Image

Si le mot plaît à l'une des filles, son image chibi saute. Par exemple, Yuri aime les histoires d'horreur, donc vous plaisez à Yuri si vous cliquez sur "terror". Après, vous débloquez une séquence avec la fille dont votre poème à le plus plu.

Donc, à première vue, c'est un bête jeu de drague.

Pas du tout

Vers le dernier tiers du premier acte, le ton du jeu devient brutalement mature. A partir du deuxième, le jeu devient même horrifique.
Et c'est là le plus grand problème de ce test, je ne peux pas en dévoiler plus. Je suis obligé de rester sur la partie la plus classique du jeu alors qu'il y a tellement à dire.
Disons juste qu'il y a un contraste sévère entre le premier acte et la suite du jeu, qui rend tout ce qu'on avait trouvé cliché dans le premier acte (les personnages, la musique, etc.) et mal foutu (le gameplay), intelligents dans la suite.

Au final, je suis coincé. Dire les qualités du jeu, c'est de révéler les twists. Le mieux reste encore d'y jouer. C'est gratuit, c'est intelligent, c'est marquant, mais vu à quel point ça peut être dérangeant, ce n'est peut-être pas pour tout le monde.

+ La gratuité
+ L'histoire
+ Certaines thématiques
+ Monika
+ La musique des crédits de fin (elle est douloureusement belle)
+ La mise en scène que ce soit les graphismes, la musique ou le gameplay
+ Des personnages clichés (?) mais charismatiques
- Pour que le jeu passe la seconde, il faut attendre le dernier tiers du premier acte

Maintenant, excusez-moi, mais il semble que des gens ont créé des mods pour prolonger le jeu. Je vais voir de quoi il en retourne.




- - - - - - - - - -

Message laissé le 23/03/20 à 09:52

je suis plutôt d'accord avec toi sur ce test (à part que je n'avais pas trouvé le gameplay mal foutu au départ mais j'ai fait pas mal de Visual novel) mais c'est très difficile de parler de ce jeu sans le spoiler (t'y es plutôt bien arrivé félicitation)



- - - - - - - - - -

Message laissé le 19/06/20 à 16:32



Citation :


Yuri a écrit :
je suis plutôt d'accord avec toi sur ce test (à part que je n'avais pas trouvé le gameplay mal foutu au départ mais j'ai fait pas mal de Visual novel) mais c'est très difficile de parler de ce jeu sans le spoiler (t'y es plutôt bien arrivé félicitation)




Je voulais dire "mal foutu" dans le sens "classique". C'est vrai que vers la fin, le gameplay devient très original.



- - - - - - - - - -

Message laissé le 20/06/20 à 19:48

Dans le sens classique là je te rejoins



- - - - - - - - - -

Haut de page

Répondre

// Blam ! Version 2.0 Ecrit avec nos petits pieds 44 fillette. //


Télécharger : facile, amusant, génial